• James Cameron Avatar 2
  • Concept Art - Avatar 2 - James Cameron
  • Concept Art - Avatar 2 - James Cameron
  • Concept Art - Avatar 2 - James Cameron
  • Concept Art - Avatar 2 - James Cameron

2022 - Avatar 2

Index de l'article

Avatar 2 et 3 - Behind the scenes

Avatar a brisé les frontières techniques et les records commerciaux en 2009 en mettant en lumière la 3D numérique. L’histoire peut-elle se répéter avec les quatre suites de James Cameron actuellement en production ?

Il y a dix ans, Avatar a défié les sceptiques d'Hollywood, battu tous les records au box-office, catalysé le cinéma numérique 3D et absorbé un quart de milliard de dollars en techniques innovantes de production virtuelle.

La production actuelle des suites reprend le même concept, la fusion de haute technologie allié à la narration du réalisateur James Cameron.

La première des quatre suites prévues (l'ensemble est budgété à 1 milliard de dollars) ne sortira qu’en décembre 2021, mais l’attente que suscite le film éveille déjà les curiosités, le plan marketing est déjà en place avec des détails sur la quantité et qualité extravagante de travail mis en place pour le space opéra ambitieux de James Cameron.

La société de production de Cameron, Lightstorm Entertainment, a publié une série de concept art en janvier 2020, avant que le confinement provoque une interruption dans la production des scènes en Live Action. Le producteur Jon Landau a publié sur son Instagram des images du plateau de tournage à Wellington, en Nouvelle-Zélande.

« La technologie a avancé à pas de géant et atteint des niveaux imaginables depuis le premier Avatar », déclare Geoff Burdick, vice-président senior des services de production et de la technologie pour Lightstorm Entertainment et qui a travaillé sur l'original. « Nous filmons dans une résolution plus élevée que le premier film et à des fréquences d'images plus élevées et toujours en 3D ».

Une grande partie de l'équipe d'origine revient, y compris Weta Digital en tant que fournisseur d'effets visuels du film, Joe Letteri en tant que superviseur d'effets visuels principal et les éditeurs John Refoua et Stephen Rivkin. Russell Carpenter, qui a tourné le Titanic de Cameron, est directeur de la photographie sur les Avatar 2 et 3.

La capture des performances des acteurs principaux - y compris Kate Winslet, Zoe Saldana, Sam Worthington et l'enfant acteur Jack Champion - a été achevée dès novembre 2018.
Ce tournage à eu lieu dans un studio spécifique (le volume) plateau de capture de mouvement géant entourée de caméras enregistrant des données à 360 degrés. La dernière phase de tournage des scéne Live est en cours d’achèvement cet été 2020.

Comme pour Avatar 1, Cameron utilise les données de capture pour sélectionner n'importe quel angle de caméra de la performance qu'il souhaite et le placer dans une scène. En parallèle, Weta Digital utilise les données de la "performance capture" pour donnée vie à ses modèles CG.

Imagerie 4K stéréo à Cadence d’image élevée

Les spécifications du film de 2009 étaient assez extraordinaires car il tournait numériquement en 3D stéréo en Full HD (sur bande) à une époque où la plupart des acteurs de l’industrie tournaient et projetaient encore en 35 mm.

L’insistance de Cameron à diffuser le film en 3D a obligé les propriétaires de cinéma à abandonner leurs anciens projecteurs de films et les a encouragés à acheter des systèmes numériques compatibles 3D qui venaient d’être introduits au début de la transition du cinéma numérique.

Les exposants ont commencé à le faire en masse une fois seulement que le public avait été conquis par les revues de presse plaçant Avatar comme phénomène incontournable, rapportant 2,79 milliards de dollars dans le monde.

Cameron s'est ensuite lancé dans une campagne pour persuader l'industrie de la télévision de faire de la 3D un outil de production standard. Il s’est associé à Vince Pace, le caméraman et technicien qui a aidé à concevoir la plate-forme de caméra Fusion 3D pour le documentaire sous-marin Ghosts of the Abyss et sur Avatar.

Le réalisateur a également évangélisé l'utilisation de fréquences d'images élevées (HFR) pour effacer le flou cinétique sur les mouvement rapide de caméra dont souffre le cinéma depuis son origine. Lors de salons professionnels, il a présenté des images tournées à des fréquences aussi élevées que 120 images par seconde et a déclaré à plusieurs reprises son intention de tourner les suites à des fréquences plus élevées.

Sa croyance en HFR s'est refroidie depuis lors, en raison de la réaction négative et des mauvaises performances au box-office des expériences du réalisateur Peter Jackson et Ang Lee.

J'ai une philosophie personnelle autour de la fréquence d'images élevée, pour moi il s'agit d'une solution spécifique à des problèmes spécifiques liés à la 3D. Lorsque vous obtenez du stroboscope et de la fluctuation de certaines prises de vue panoramiques ou sur certains mouvements latéraux, c’est problématique et dérangeant en 3D. Pour moi, le HFR est juste une solution pour ce cas précis. Je ne pense pas que ce soit un nouveau format. Je pense que c'est un outil à utiliser pour résoudre des problèmes de projection 3D. »James Cameron

Données super massives et Blackmagic

En 2009, Cameron pouvais lire ses rush sur du matériel en 3D Full HD à 24 ips sur le plateau. Avatars 2 et 3 sont capturés en 3D 4K et alimentés via un pipeline sur le plateau à différentes résolutions et fréquences d'images. Celles-ci incluent la 3D 48 ips en 2K et 4K, la 3D 24 ips en 2K et 4K et la 3D 24 ips en HD.

Cela a nécessité la visualisation simultanée des flux de l'action en direct sur les scènes de Wellington, en Nouvelle-Zélande, à partir de plusieurs systèmes de caméras 3D.

«Nous filmons en stéréoscopie à partir d'une plate-forme 3D, souvent de deux plates-formes et parfois de trois paires stéréo simultanément et le tout est traité instantanément», explique Burdick. «Nous avons Avids sur le plateau, Jim a des moniteurs sur le plateau pour regarder en 2D et 3D, SDR et 4K HDR, et nous avons quelques autres environnements de visualisation.»

Geoff Burdick: «La technologie a avancé à pas de géant à tous les niveaux imaginables depuis le premier Avatar,»

Il s'agit d'une salle de projection adjacente aux scènes et d'un module de projection mobile intégré dans une petite remorque abritant un projecteur Christie Digital 3D. Il est rapproché de la caméra pour que Cameron puisse le regarder à tout moment.
«Des quantités massives de données sont diffusées en direct chaque minute», dit Burdick. «Nous avions besoin de HFR et de haute résolution et tout devait être en 3D. Ce n'est peut-être pas l'expérience scientifique lors du tournage du premier Avatar, mais la synchronisation pour la 3D à ces images et résolutions plus élevées est toujours un problème. Surveiller la caméra en cas de soucis fait partie intégrante de notre travail. »

Le flux de travail de lecture et de surveillance créé par Burdick comprend plusieurs produits Blackmagic Design. «Il était très difficile pour notre équipe d'ingénierie de trouver un chemin de signal pour activer ce flux de travail», dit-il. «Peu d'entreprises avaient intégré ce type de support dans leurs produits. Heureusement, Blackmagic Design est passé à l'action. »

Un convertisseur au format Teranex AV prend en charge plusieurs flux stéréo en 4K à une image au-delà de 24 / fps « toute la journée, tous les jours », tandis qu'un Smart VideoHub 40x40 12G fonctionne à 4K 48fps pour acheminer tous les signaux.
«La technologie a avancé à pas de géant à tous les niveaux imaginables depuis le premier Avatar,» - Geoff Burdick

Burdick déclare: «Le Teranex convertit 4K 48 ips en 2K en fonction de la décision créative de Jim. Nous avons d'autres équipements dans la chaîne et le Teranex a été extrêmement sensible pour que tout se déroule correctement. Il est également utilisé pour prendre le signal des plates-formes 3D pour s'assurer qu'il est correctement aligné. »

Il décrit un ATEM 4 M / E Broadcast Studio 4K comme un outil précieux pour le suivi de la synchronisation. "Nous ne nous contentons pas de synchroniser les taux sur une image, mais d'interroger et de suivre les détails dans la sous-image. Nous pouvons utiliser l'ATEM pour superposer plusieurs signaux 4K 48 afin de prouver que la vidéo sur le plateau fonctionne correctement."

Les problèmes, en particulier pour la 3D stéréo, incluent la garantie de la parité entre les objectifs pour les yeux gauche et droit, que l'iris ne correspond pas ou que le zoom soit décalé ou qu'il y ait des problèmes d'axe de rotation.

Jon Landau: le producteur d'Avatar et de ses suites a hâte de reprendre la production

«Nous avons toute cette latitude incroyable en termes de rapport de contraste et de plage dynamique et, combiné au système optique de l’appareil photo, nous voyons bien plus que ce que nous avions fait en 2009», dit-il.
"Nous ne cherchons pas à travailler sur des aperçu en basse résolution. Nous n’attendons pas de faire ça 3 mois avant la sortie du film en salle, nous devons examiner les rush et plan de tournage de la meilleur qualités possible en temps réel »
«En effet, nous le voyons instantanément dans un environnement cinémas. Nous examinons chaque configuration, chaque répétition, chaque prise et chaque flux en direct car ils sont tournés à la volée en 2D et 3D. Nous examinons la mise au point arrière, la mise au point réelle de la caméra et l'éclairage. Nous pouvons déceler ce qui ne va pas à certains moment clé du dévellopement, cette souplesse et réactivité nous permet d'intervenir en direct. »

Burdick ajoute: «Vous pouvez - et nous le faisons - surveiller le rendu avec des moniteurs HDR 2D et 3D de qualité studio, mais ce n'est que lorsque vous effectuez une analyse sur écran géant que vous pouvez vraiment voir les infimes détails de l'image. Il y a des moniteurs adjacents de caméra sensible pour nos extracteurs de DP et de mise au point qui travaillent en convergence et composent en stereoscopie interoculaire et peuvent faire un travail autonome parfaits, ma petite équipe voit le même flux en direct et je peux avertir Jim à distance que nous avons un problème " X '' avec l’image de l'œil gauche. Personne n'aurait pu déceler ce genre d’erreurs sans cette configuration.

«Notre configuration est sans doute révolutionnaire en termes de capacité à faire ce que nous faisons avec ces spécifications élevées et en stéréo», dit-il. «Tout est au service de la vision du réalisateur.»

Eau connectée

Le film promet un retour à Pandora et une exploration de nouvelles parties du monde. Cela inclut de longues séquences filmées sous l'eau. Pas seulement dans l'eau en CG, mais réelement sous l'eau, les acteurs étant apparemment entraînés à retenir leur souffle jusqu'à quatre minutes, tout en portant des combinaisons de capture de performance et aucun équipement de respiration de plongée. Naturellement, cela n'avait jamais été fait auparavant. Il a fallu un an et demi pour développer un nouveau système de capture de mouvement qui fonctionnerait.

« Le problème avec l'eau n'est pas la partie sous-marine, mais l'interface entre l'air et l'eau, qui forme un miroir en mouvement », a expliqué Cameron. « Ce miroir en mouvement reflète tous les points et marqueurs, et il crée un tas de faux marqueurs. C’est un peu comme un avion de combat larguant un tas de paillettes pour brouiller le système radar d’un missile. Nous avons donc dû trouver comment contourner ce problème ».

«En gros, chaque fois que vous ajoutez de l'eau à un problème, cela devient dix fois plus difficile. Nous avons donc déployé beaucoup de puissance, d’innovation, d’imagination et de nouvelles technologies sur le problème, et il nous a fallu environ un an et demi maintenant pour déterminer comment nous allons le faire. »

Avatar 2: Zoe Saldana, Sam Worthington, Kate Winslet et Cliff Curtis photographiés à la surface du réservoir de capture de performance de 900000 gallons

Une partie de la solution consistait à couvrir la surface du réservoir de petites boules blanches qui empêchent les lumières du studio de contaminer le système de capture de performance ci-dessous… tout en permettant à quiconque se trouvant en dessous de faire surface en toute sécurité à travers eux en cas de besoin.

Cameron a déclaré: «Nous avons six adolescents et un enfant de sept ans, et ils jouent tous une scène sous l'eau. Ils sont tous parfaitement capables d'agir sous l'eau, très calmement tout en retenant leur souffle. Et nous obtenons de très bonnes données, de beaux mouvements de personnages et une excellente capture des performances faciales. Nous avons littéralement brisé les codes. »

Photographie principale

Burdick décrit Sony comme «la première pièce du puzzle». Là où Avatar a été tourné avec huit caméras Sony HDC-F950, les suites utilisent la dernière caméra CineAlta Venice de Sony.

La collaboration Sony-Lightstorm a commencé en 1999, aboutissant au développement d'un système d'extension unique pour le HDC-F950 permettant au corps de la caméra de se détacher du bloc de capteur d'image réel. Une approche similaire a été adoptée pour Venise, chaque capteur et corps de caméra étant connectés par un câble à des distances allant jusqu'à 20 pieds.

Pour les suites Avatar, la seule partie du Venice transportée sur des plates-formes 3D sont les blocs optiques du capteur d'image, ce qui réduit le poids de la caméra embarquée à environ trois livres par bloc de capteur.

En réduisant le poids et en améliorant l'ergonomie, Cameron et Carpenter peuvent manier les caméras avec plus de flexibilité et de liberté.

La production utilise également une variété d'appareils photo Sony supplémentaires, notamment plusieurs appareils photo à objectif interchangeable sans miroir Alpha, des caméscopes PXW-Z450 et PXW-X320 et l'appareil photo étanche RX0.

«Nous utilisons des appareils photo Sony pour toutes les séquences sur scène et pour la photographie en accéléré», explique Landau.

En dehors de l'action en direct, le travail de Burdick englobe également tous les aspects techniques de la rédaction, de la publication et des effets spéciaux "pour s'assurer que tout fonctionne comme il se doit."

Source : Adrian Pennington - IBC365 - 27 May 2020



[ ARCHIVES 2017 ]

Nouvelles dates de sorties des suites d’AVATAR !

EN CETTE JOURNÉE MONDIALE DE LA TERRE - James Cameron et Twentieth Century Fox sont fiers de vous révéler les dates de sorties des suites d’AVATAR.

Je suis heureux de travailler avec la meilleure équipe qui soit ! Alors que nous commençons la production des films, Avatar s'envole pour quatre suites qui sortiront en 18 Décembre 2020, 17 Décembre 2021, 20 Décembre 2024 et 19 Décembre 2025. »James Cameron



[ ARCHIVES 2016 ]

La patience à payée pour tous les fans qui se languissaient d'en savoir plus sur les suites d'avatar, James Cameron a lâché une bombe Jeudi 14 Avril 2016 lors du CinemaCon de Las Vegas. "La prochaine fois que je vous verrai, ce sera sur Pandora", a t'il lancé à l'assistance, confirmant qu'il y aura bien un Avatar 2, et même un Avatar 5 !

Nous avons décidé de nous embarquer dans un processus cinématographique vraiment énorme, Chaque long-métrage est indépendant et a sa propre histoire mais tous ensemble, ils forment une saga complète. Nous commencions à devoir trop nous limiter artistiquement, il y avais trop d'éléments scénaristiques à inclure, aussi la décision à été prise d'étendre la série, ça va être une saga véritablement épique. J'ai travaillé avec quatre des meilleurs scénaristes et designer au monde pour créer le design des suites d'Avatar : les personnages, les créatures, l'environnement, les nouvelles cultures ; tout ce dont on as besoin pour lui donner vie. Quand je vois la quantité de travail, de design, d'imagination pure sur les murs d'ébauches, cela va bien au delà du premier film, je reste sans voix.James Cameron

James à profité également d'un numéro spécial pour les 30 ans d'Aliens, pour se confier au site Famous Monsters of Filmland et revenir rapidement sur les nouveaux films Avatar et plus particulièrement la façon dont seront tournées les suites :

Ils ne seront pas filmés les uns après les autres. On se rapproche plus de la façon dont est réalisée une mini série. Nous allons donc tourner tous les scripts d'Avatar simultanément. En gros Lundi je pourrai très bien tourner une scène pour le film 4, et Mardi une scène pour le film 1. On croise ainsi notre développement sur disons 8 heures d'histoire.

Ce sera un sacré challenge de bien garder le déroulement du script en tête quand on filme de cette manière, savoir exactement où on se trouve, à travers l'arc scénaristique à un point donné. C'est certainement l'un des plus gros défis que j'ai jamais eu à surmonter, et je suis sur que les acteurs seront aussi mis à l'épreuve, du genre "non, non, non cette personne n'est pas morte encore, tu est encore dans cette scène". C'est une saga...C'est comme réaliser les 3 Parrains en même temps.

Si je devais refaire la reine Alien aujourd'hui, avec les technique que j'utilise sur Avatar, elle serait vraiment spectaculaire. Elle aurai été beaucoup plus dynamique bien sur mais le vrai défis aujourd'hui serai de la rendre réel texturalement...même si tout ceci est faisable maintenant.

Dans les nouveaux films Avatar, je vais tourner plus de plans réel, ça pourra nous servir comme référence pour générer nos CG, ou alors nous pourrons directement intégrer certains de ces éléments photographique...dans tous les cas je veux plus de photographie sur ces suites.

Tout comme si je refaisais la reine Alien, j'aurai voulu une photographie qui montre la manière exacte dont la bave visqueuse coule de ses lèvres en captant la lumière de manière subtile. J'aurai voulu voir ça et avoir la possibilité à l'époque de dire à un artiste CG "très bien, fait le comme ça"...on en reviens toujours généralement à l'éclairage et la conception des prises de vues.

James Cameron

On rentre donc dans le vif du sujet, James est désormais totalement investi dans la production d'une saga complète, les fans n'ont aucune peine à s'imaginer l'état d'esprit dans lequel il se trouve actuellement, quel niveau d'investissement et de génie pure est-il en train de développer pour traumatiser à nouveau l'industrie du cinéma. Aucun doute qu'il se mijote actuellement une nouvelle révolution cinématographique, que les sceptiques de la HDR ne s'emballent pas trop vite, la 3D en sont temps était vivement critiquée et Avatar avais calmé du monde déjà sur ce sujet là.



[ ARCHIVES 2015 ]

On sait que Sam Worthington et Zoe Saldana seront de retour - tout comme Sigourney Weaver (qui jouera trois rôles différents comme elle l'a révélé) et même Stephen Lang.

Au Festival du Film organisé par Hero Complex, Cameron était venu parler de Terminator et Terminator 2 : Le Jugement dernier. Mais inévitablement, la discussion a dérivé sur les suites d'Avatar, qui sont attendues comme le Messie. Et, sans déflorer le sujet des films (on parle toujours de l'exploration des fonds marins de la planète Pandora, ainsi que son espace proche), James a expliqué comment relever le challenge d'écrire trois suites en même temps .

Je savais que je pouvais écrire n'importe lequel de ces films mais pas trois dans un laps de temps raisonnable, car on voulait les tourner ensemble et on ne pouvait donc pas commencer si les trois scripts n'étaient pas validés.James Cameron

Cameron a donc fait appel aux scénaristes Josh Fridman (Avatar 2), Rick Jaffa et Amanda Silver (Avatar 3) et Shane Salerno (Avatar 4).

La meilleure expérience de travail avec d'autres scénaristes que j'ai eue, c'était quand je faisais la série télé Dark Angel. Travailler à la télé, c'est une expérience collaborative très fun. On a donc assemblé trois équipes, une pour chaque script. Les équipes, c'est moi et un autre scénariste pour chacun des trois films. Chacun d'entre eux avait son propre script dont il était responsable. Ce qui était unique, c'est qu'on a d'abord bossé pendant cinq mois, huit heures par jour, pour aller jusqu'au bout de la grande histoire qu'on veut raconter à travers cette saga de trois films. Mais je ne leur ai pas dit quelle suite sera la leur, jusqu'au tout dernier jour. Chacun était donc autant investi que les autres dans l'histoire. Le mec qui devait écrire le film du milieu [Avatar 3] savait donc ce qui précédait et ce qui suivait à n'importe quel moment du processus. On a tous vécu ça comme une expérience excitante, créatrice et innovante dans la manière d'écrire.James Cameron

Cameron s'est donc divisé en trois (peut-être grâce à des avatars) pour être présent à tous les stades de l'écriture de la trilogie Avatar, qui a demandé au moins cinq mois de boulot quotidien. Le réalisateur a conscience que ces suites sont très attendues...pour lui, c'est une pression utile, un atout formidable, une occasion unique de se dépasser :

Ce qui explique en partie le succès des suites, c'est que les spectateurs vont les voir au cinéma parce qu'ils ont aimé l'univers du film original. Ce qui complique tout, c'est qu'une grande partie de ce qu'ils avaient adoré la première fois vient de l'effet de surprise. De l'originalité du long-métrage en question. Avec un nouvel épisode, il faut donc proposer des nouveautés. Une histoire qui tient la route, des personnages inédits et une manière de restaurer la fraîcheur du premier film.James Cameron

James Cameron explique aussi qu'il tient à faire passer des messages à travers ses films, notamment des idées écologiques :

En fait, tout ce que j'ai à dire en tant qu'artiste à propos de notre monde et de l'humanité, je peux l'aborder au sein d'Avatar. Ça fait deux ans que je travaille sur les suites et plus je passe de temps dessus, plus je crois en cette histoire. On créé véritablement un univers, on ne cherche pas simplement à capitaliser sur le succès du premier film.James Cameron

Tourner trois films en même temps reste exceptionnel, même à Hollywood, et l'équipe va du coup devoir consacrer de longs mois au projet, à l'image de celle du Hobbit de Peter Jackson. Zoe Saldana a ainsi expliqué que les prises de vue débuteraient vraisemblablement fin 2014 et qu'elles seraient longues :

James est toujours en train de fignoler les scénarios des suites d'Avatar. Dès qu'il aura terminé, il nous préviendra. On tournera alors principalement à Los Angeles, ce qui m'arrange bien, comme j'y vis. Comme on va tourner les trois opus en même temps, on consacrera au moins huit ou neuf mois aux prises de vue.Zoe Saldana


[ ARCHIVES 2014 ]

James à tenu une conférence à Wellington devant la presse accompagné du producteur Jon Landau et en présence du premier ministre John Key. Il y étais question d'officialiser les accords de partenariats entre la Nouvelle Zélande et Lightstorm Entertainment concernant la production des suites d'Avatar...

Le 16 Décembre 2013, James à tenu une conférence à Wellington devant la presse avec le producteur Jon Landau et le premier ministre John Key. Il y étais question d'officialiser les accords de partenariats entre la Nouvelle Zélande et Lightstorm Entertainment / Century Fox concernant la production des suites d'avatar.

Il à été souligné que le premier film avait apporté pas mal d'argent à l'économie du Pays et que désormais de sérieux avantages avaient été accordés par le gouvernement pour aider au développement de tous ces nouveaux films sur le sol Néo-Zélandais. De très bonnes nouvelles donc pour le bon déroulement de la production, mais au delà de l'aspect purement légal et économique des choses, James à également abordé l'aspect artistique de sa nouvelle saga, voici pour vous un résumé des propos du maitre :

Nous prévoyons le retour d'un maximum de personnages possibles et cela s'organisera à la manière d'une sorte de saga avec une histoire principale incroyable, divisée en trois actes majeurs, comportant chacun leur propre début, milieu et fin. Le premier film se focalisai principalement sur Jake Sully et l'histoire vu au travers de ses yeux, mais pour les suites nous allons élargir les perspectives à mesure que nous avanceront dans le scénario. Pour tout vous dire ce sera l'histoire de sa famille, la famille qu'il a crée sur Pandora. Alors, pensez-y comme une sorte de saga familiale, un peu comme la série "Le Parrain" de Francis Ford Coppola.

Les suites prendront place sur Pandora bien sur, sur Terre et le système solaire. La richesse et la diversité des environnement que vous allez voir, je pense, iront au delà de ce que la plupart des spectateurs peuvent imaginer. L'astuce est justement de réussir à surprendre sans être hors sujet et verser dans le non-sens total.

D'un point de vue technique il y a un travail phénoménal sur la direction artistique avec beaucoup de visuels ambitieux, des tas de nouveaux environnements et de créatures.  On va vous épater à tous les niveaux. Au début je pensait développer l'histoire sur d'autres planètes du système d'Alpha Centauri, mais il s'est avéré que cela n'étais pas nécessaire. Ce que je veux dire c'est que le Pandora que j'ai imaginé est d'une richesse telle que cela occupera les spectateurs pour des dizaine d'année encore, c'est comme ça que je vois tout ça.

Les 3 prochains films exploreront différentes cultures Na'vi ainsi qu'un tout nouveau bestiaire. Il y aura également une part importante sur la vie aquatique de Pandora. Il à été maladroitement annoncé par les médias que le second film prendrai place uniquement sous l'eau, ce n'est pas vrai. Il y aura effectivement plusieurs scènes sous marines et des scènes à la surface également, qui auront un rapport avec la culture indigène des océans de Pandora.

L'eau est un élément extrêmement difficile à reproduire sur ordinateur, j'en ai longuement parlé avec Joe Letteri, superviseur des effets spéciaux chez Weta Digital, je lui disait "tu sais, il va y avoir beaucoup d'eau sur cette suite, tu le sent comment" ? il m'a répondu "va y amène, on est prêt".James Cameron

Conférence sur la Production de la Saga Avatar à Wellington en Nouvelle Zélande

James prévois de tourner les principales scènes des trois films en même temps, probablement sur une période de 9 mois au début de 2015. Il estime pouvoir proposer une sortie de Avatar 2 aux alentours de Noel 2016, les deux suites arriveront elles respectivement en fin 2017 et fin 2018.

Bien évidement ces suites seront filmées nativement en 3D, est-ce utile de le préciser, et de tourner "quelques" scènes en HFR 48 images par seconde. C'est cette dernière annonce qui semble plutôt surprenante. Est-ce que, contrairement à Peter Jackson, Cameron exploiterai cette technique de façon plus modérée ? L'expérience mitigée sur le Hobbit et les spectateurs divisés sur le sujet auraient ils euent raison de son engouement, ou souhaite il plutôt utiliser encore plus efficacement ce rendu ? En alternant séquences en 24 images secondes pour les scènes sur terre et basculer en 48 images secondes dés qu'on est sur Pandora, Cameron pourrai être en passe de réussir ce qu'il a toujours imaginé, ouvrir une fenêtre sur l'ultra réalisme. Alternativement plonger le spectateur et l'en extraire par cette variation de rendus aurai pour effet une immersion encore inédite au cinéma.

Quand on vous dit que ce mec est un génie...

 



[ ARCHIVES 2013 ]

On le sait depuis longtemps, il n'y aura pas une ou deux suites à Avatar, le plus gros succès du cinéma de tous les temps...mais trois ! James Cameron s'est donc divisé en 3 pour superviser les scénarios et son équipe préparent le tournage d'Avatar 2, 3 et 4 qui sortiront en 2017, 2018 et 2019.

On sait que Sam Worthington et Zoe Saldana seront de retour - tout comme Sigourney Weaver (qui jouera trois rôles différents comme elle l'a révélé) et même Stephen Lang.

Au Festival du Film organisé par Hero Complex, Cameron était venu parler de Terminator et Terminator 2 : Le Jugement dernier. Mais inévitablement, la discussion a dérivé sur les suites d'Avatar, qui sont attendues comme le Messie. Et, sans déflorer le sujet des films (on parle toujours de l'exploration des fonds marins de la planète Pandora, ainsi que son espace proche), James a expliqué comment relever le challenge d'écrire trois suites en même temps .

Je savais que je pouvais écrire n'importe lequel de ces films mais pas trois dans un laps de temps raisonnable, car on voulait les tourner ensemble et on ne pouvait donc pas commencer si les trois scripts n'étaient pas validés.James Cameron

Cameron a donc fait appel aux scénaristes Josh Fridman (Avatar 2), Rick Jaffa et Amanda Silver (Avatar 3) et Shane Salerno (Avatar 4).

La meilleure expérience de travail avec d'autres scénaristes que j'ai eue, c'était quand je faisais la série télé Dark Angel. Travailler à la télé, c'est une expérience collaborative très fun. On a donc assemblé trois équipes, une pour chaque script. Les équipes, c'est moi et un autre scénariste pour chacun des trois films. Chacun d'entre eux avait son propre script dont il était responsable. Ce qui était unique, c'est qu'on a d'abord bossé pendant cinq mois, huit heures par jour, pour aller jusqu'au bout de la grande histoire qu'on veut raconter à travers cette saga de trois films. Mais je ne leur ai pas dit quelle suite sera la leur, jusqu'au tout dernier jour. Chacun était donc autant investi que les autres dans l'histoire. Le mec qui devait écrire le film du milieu [Avatar 3] savait donc ce qui précédait et ce qui suivait à n'importe quel moment du processus. On a tous vécu ça comme une expérience excitante, créatrice et innovante dans la manière d'écrire.James Cameron

Cameron s'est donc divisé en trois (peut-être grâce à des avatars) pour être présent à tous les stades de l'écriture de la trilogie Avatar, qui a demandé au moins cinq mois de boulot quotidien. Le réalisateur a conscience que ces suites sont très attendues. Pour lui, c'est un avantage non négligeable, mais il ne faut pas s'endormir sur ses lauriers :

Ce qui explique en partie le succès des suites, c'est que les spectateurs vont les voir au cinéma parce qu'ils ont aimé l'univers du film original. Ce qui complique tout, c'est qu'une grande partie de ce qu'ils avaient adoré la première fois vient de l'effet de surprise. De l'originalité du long-métrage en question. Avec un nouvel épisode, il faut donc proposer des nouveautés. Une histoire qui tient la route, des personnages inédits et une manière de restaurer la fraicheur du premier film.James Cameron

James Cameron explique aussi qu'il tient à faire passer des messages à travers ses films, notamment des idées écologiques :

En fait, tout ce que j'ai à dire en tant qu'artiste à propos de notre monde et de l'humanité, je peux l'aborder au sein d'Avatar. Ça fait deux ans que je travaille sur les suites et plus je passe de temps dessus, plus je crois en cette histoire. On créé véritablement un univers, on ne cherche pas simplement à capitaliser sur le succès du premier film.James Cameron

Tourner trois films en même temps reste exceptionnel, même à Hollywood, et l'équipe va du coup devoir consacrer de longs mois au projet, à l'image de celle du Hobbit de Peter Jackson. Zoe Saldana a ainsi expliqué que les prises de vue débutant vraisemblablement fin 2014 seraient longues :

James est toujours en train de fignoler les scénarios des suites d'Avatar. Dès qu'il aura terminé, il nous préviendra. On tournera alors principalement à Los Angeles, ce qui m'arrange bien, comme j'y vis. Comme on va tourner les trois opus en même temps, on consacrera au moins huit ou neuf mois aux prises de vue.Zoe Saldana

Avatar 2 - Behind the scenes

James Cameron Avatar 2 Making Of
James Cameron Avatar 2 Making Of
James Cameron Avatar 2 Making Of
James Cameron Avatar 2 Making Of
James Cameron Avatar 2 Making Of
James Cameron Avatar 2 Making Of

Avatar 2 - Images Concept Art

James Cameron Avatar 2 Concept Arts
James Cameron Avatar 2 Concept Arts
James Cameron Avatar 2 Concept Arts
James Cameron Avatar 2 Concept Arts
James Cameron France